Le compostage

VOS SERVICES EN 1 CLIC

Jardinage durable

Les pratiques au jardin évoluent : dans un environnement de plus en plus urbanisé et minéralisé, le jardin est vécu par beaucoup d'entre nous comme un lieu de bien-être, de santé, de convivialité et de nature.

La Métropole Rouen Normandie soutient cette évolution et accompagne l'évolution du regard que nous portons sur la nature présente dans nos jardins. Il s'agit, de plus en plus, d'apprendre à mieux la connaître, d'accompagner son développement et de la valoriser plutôt que de la contraindre et de l'uniformiser.

Les communes ont déjà amorcé ce changement depuis plusieurs années : elles sont nombreuses à avoir adopté une gestion différenciée de leurs espaces verts : ce mode de gestion consiste à appliquer un entretien différent aux espaces en fonction de leur usage. Il permet par exemple, en espaçant les tontes sur des surfaces peu utilisées, de consacrer du temps au désherbage manuel plutôt que chimique. L'interdiction de l'usage des pesticides par les collectivités, entrée en vigueur au 1er janvier 2017, va conduire à la généralisation de ce mode de gestion.

En vous inscrivant dans une démarche comparable au sein de votre propre jardin, vous contribuez à faire de votre commune un espace où la qualité de l'air et de l'eau, la biodiversité et la santé humaine sont préservées.

Chaque année, le Club des jardiniers propose gratuitement à ses membres une trentaine de conférences, sorties, ateliers, rencontres, qui vous permettent d'approfondir vos connaissances sur différentes thématiques en lien avec les pratiques durables au jardin (permaculture, valorisation des ressources, connaissance du sol, gestion de l'eau...) et de rencontrer d'autres jardiniers engagés dans la même démarche, notamment au cours des apéros-jardin.

Réduire et valoriser les déchets du jardin

Chaque année, plus de 400 kg de déchets végétaux sont collectés sur chacun des foyers individuels de la Métropole.

Ces collectes génèrent des nuisances sonores, de la pollution, et représentent un coût important pour la collectivité. Parallèlement, de nombreux jardiniers compensent le manque de matière organique dans leur jardin par l'achat de compost et d'engrais organiques.

Pourtant, des solutions existent : en cultivant votre jardin de manière plus durable, vous pouvez réduire efficacement la quantité de déchets produits. En gérant les déchets restants directement dans votre jardin, vous les transformerez en une ressource gratuite et bénéfique pour vos cultures, pour la vie du sol et pour la biodiversité de votre jardin, tout en vous épargnant de nombreuses tâches fastidieuses.

Compostage, broyage, paillage, plantation de vivaces et d'espèces peu productrices de déchets, prairie fleurie, haie vive... À travers les rencontres du club des jardiniers, nous vous proposons des pistes de réflexion pour changer notre regard sur l'entretien de nos jardins et pour passer du déchet problématique à la ressource bénéfique !


Guide du compostage
Renouée du Japon
Guide de reconnaissance des messicoles

Les déchetteries

En tant qu'habitant de la Métropole, vous avez accès gratuitement (sur présentation d'un justificatif de domicile) à l'ensemble des déchetteries du territoire : vos déchets non valorisables au jardin y sont collectés et stockés avant d'être valorisés sous forme de compost.

En savoir plus.

Pesticides au jardin et dans les espaces publics : que dit la loi ?

Jardins privés : depuis le 1er janvier 2017 la vente en libre-service des produits phytosanitaires destinés à l'usage des particuliers est interdite : ces produits restent disponibles en jardineries mais sont gardés sous clé et leur vente est autorisée après un conseil délivré par un personnel qualifié.

À compter du 1er janvier 2019, la vente, la détention et l'usage de pesticides destinés aux jardiniers amateurs seront interdites : cette interdiction ne concerne pas les produits de bio contrôle, les purins et autres PNPP (préparations naturelles peu préoccupantes) et les produits certifiés « utilisables en Agriculture Biologique ».

Espaces publics : depuis le 1er janvier 2017, dans le cadre de la Loi Labbé et de la loi sur la transition énergétique, l'utilisation de produits phytosanitaires est interdite pour les gestionnaires publics sur les espaces verts, forêts, promenades ouvertes au public et voiries (sauf zones spécifiques pour raisons de sécurité).

Cette interdiction s'ajoute aux restrictions déjà en vigueur : restriction de traitement sur les zones accueillant des personnes vulnérables (crèches, aires de jeux, maisons de retraite...), à proximité des points d'eau (2012), obligations d'affichage sur les zones traitées (2006), port obligatoire d'Équipements de Protection Individuelle (EPI) pour les agents chargés des traitements et obligation de détention du Certificat individuel de produits phytopharmaceutiques (Certiphyto).